Cyrano de Bergerac : quel scandale a empêché Depardieu de décrocher un Oscar ?

Cyrano de Bergerac est diffusé ce soir sur TMC, l’occasion de se pencher sur une polémique qui a coûté l’Oscar du meilleur acteur à Gérard Depardieu.

Qui aurait pu jouer Cyrano de Bergerac à la place de Gérard Depardieu ? Personne, assurément ! L’acteur, aussi talentueux qu’exubérant, était parfait pour le rôle du célèbre et turbulent cadet de Gascogne. En 1990, année de sortie du film, notre Gégé national est déjà une superstar ! Auréolé de gloire, il s’apprête à conquérir l’Amérique, qui le nomme pour l’Oscar du meilleur acteur pour sa performance dans Cyrano.

Depardieu devient vite le chouchou du public américain, enchaînant les émissions de télé et les interviews. L’adaptation de la pièce d’Edmond Rostand par Jean-Paul Rappeneau a passionné les spectateurs et plus rien se semble arrêter l’ascension de l’opulent Gégé. Quelques mois auparavant, le comédien a décroché le Prix d’interprétation masculine à Cannes pour ce rôle ; il confirme le 9 mars 1991 en remportant le César lors de la 16ème cérémonie.

Il fait donc logiquement figure de favori pour la célébration des Oscars le 25 mars 1991. L’acteur se permet ce luxe face à plusieurs monstres sacrés. Il est en effet nommé avec Robert De Niro pour L’Eveil, Jeremy Irons pour Le Mystère Von Bülow, Kevin Costner pour Danse avec les loups et Richard Harris pour The Field. De plus, le 19 janvier, Gégé a déjà conquis le public en glanant le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie pour son rôle dans Green Card. Il coiffait ainsi au poteau Johnny Depp pour Edward aux mains d’argent, Richard Gere pour Pretty Woman ou Patrick Swayze pour Ghost.

DEPARDIEU DÉCHAINÉ AUX GOLDEN GLOBES 91

 

Malheureusement, une simple erreur de traduction va venir bousculer les plans de Gégé. Fidèle à son franc-parler, l’artiste raconte un sordide épisode de son histoire au magazine Times. Il révèle avoir assisté à un viol à l’âge de 9 ans. Le journaliste fait alors une confusion et utilise le mot anglais « assisted », qui signifie « prendre part ou aider » au lieu du mot « attended », qui veut dire « assisté ». Il n’en faut pas plus pour qu’un scandale éclate au Pays de l’Oncle Sam et discrédite totalement Depardieu. L’acteur a beau s’entourer d’un avocat pour rattraper le coup, le mal est fait.

Finalement, c’est Jeremy Irons qui gagne la statuette dorée. Tout cela laisse un goût amer à Depardieu, qui n’arrivera jamais à réussir une carrière américaine. Il jouera malgré tout dans l’excellent 1492, Christophe Colomb de Ridley Scott en 1992 et le remake de Mon père ce héros en 1994. Il retournera ensuite définitivement au Pays de Molière poursuivre son travail.

HILARANT PASSAGE DE GÉGÉ CHEZ DAVID LETTERMAN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 5 =